Neutrons : des indices quantiques d’un monde parallèle ?

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Neutrons : des indices quantiques d’un monde parallèle ?

Message par Admin le Mer 27 Juin - 17:04



Publiant leur étude dans la revue European Physical Journal C, des chercheurs italiens suggèrent que les neutrons, dans certaines circonstances, pourraient osciller entre notre monde et un monde parallèle invisible constitué de ‘particules-miroirs’.

Selon des travaux expérimentaux effectués à l'Institut Laue-Langevin (France) par l’équipe du Dr Anatoly Serebrov, dans certaines conditions, des neutrons libres soumis à un champ magnétique… disparaissent ! Où passent-ils donc ? Dans un monde parallèle – invisible – composé de particules-miroirs, répondent le Dr Zurab Berezhiani et le Dr Fabrizio Nesti, physiciens à l'Université de l'Aquila (Italie), qui ont analysé l’expérience de leurs collègues français.

"Elle pourrait être interprétée à la lumière d'un hypothétique monde parallèle constitué de particules-miroirs. Chaque neutron aurait la capacité de transiter vers son ‘jumeau-miroir’ invisible, et inversement, oscillant d'un monde à l'autre. La probabilité d'un tel événement de transition a été prévue [théoriquement] sensible à la présence de champs magnétiques, et pourrait donc être détectée expérimentalement", explique le Dr Berezhiani cité par Sci-news.

Ne prenant que quelques secondes, cette oscillation de la particule entre un état de neutron et un état de ‘neutron-miroir’ ne serait pas incompatible avec les limites actuelles de la physique. Loin d’être sortie d’un roman de science-fiction, cette hypothèse de l'existence de particules-miroirs avait déjà été évoquée dans divers contextes scientifiques, notamment pour expliquer la nature de la fameuse ‘matière noire’ qui constituerait une grande partie de l’Univers.



sources: http://www.maxisciences.com/neutron/neutrons-des-indices-quantiques-d-un-monde-parallele_art25264.html

_________________
c'est le Cosmos tout entier qui est le corps divin. nous et tous les animaux, les plantes, les pierres, les paysages, tout ce qui existe, faisons partie du corps et de l’esprit du Grand Mystère. Ensemble nous sommes Wamakaskan, ‘ce qui participe de la Terre (Maka) et du Mouvement céleste (Skan)’.

Tout ce qui existe dans le monde est en réalité de dimension proprement divine et originale.

La terre a un Chant, c'est le sons de L'univers....



La terre a un Chant, c'est le sons de L'univers...
avatar
Admin
Admin

Messages : 4338
Date d'inscription : 23/10/2011
Age : 39
Localisation : sur ma planet

http://          http://angeham-magnetisme.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Neutrons : des indices quantiques d’un monde parallèle ?

Message par Invité le Mer 27 Juin - 18:41

C'est ce qui composerait l'au-delà ou un autre monde en astral ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Neutrons : des indices quantiques d’un monde parallèle ?

Message par Invité le Mer 27 Juin - 19:02

nous ne sommes pas au bout de nos surprises et d'autres découvertes ..d'autres mondes existent c'est plus que certains .trés interressant kio..merci

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Neutrons : des indices quantiques d’un monde parallèle ?

Message par Invité le Dim 18 Nov - 18:02

J'en viens à poster ici car tout est lié (merci Eaudeline...),

La théorie des supercordes (source Wikipédia)
Définition
La théorie des supercordes est une tentative pour expliquer l'existence de toutes les particules et forces fondamentales de la nature, en les modélisant comme les vibrations de minuscules cordes supersymétriques. Elle est considérée comme la plus prometteuse des théories pour une gravité quantique, même si elle souffre des mêmes défauts que la théorie des cordes (impossibilité actuelle de réaliser la moindre expérience de vérification).

Actuellement, le problème le plus fondamental en physique théorique est la grande unification, ou, autrement dit, l'harmonisation de la théorie de la relativité générale, qui décrit la gravité, et s'applique bien aux grandes structures (étoiles, planètes, galaxies), et de la mécanique quantique qui décrit les trois autres forces fondamentales connues : électromagnétique (EM), l'interaction faible (W) et forte (S).

La physique des particules élémentaires modélise celles-ci comme des points dans l'espace et les fait interagir à distance nulle, ce qui amène à des résultats de valeurs infinies. Les physiciens ont développé des techniques mathématiques, dites de renormalisation, pour éliminer ces infinis, qui fonctionnent pour les forces électromagnétiques, nucléaire forte et nucléaire faible, mais pas pour la gravité : à distance nulle la théorie de la gravité d'Einstein ne fonctionne pas.

L'idée de départ est que les constituants fondamentaux de la réalité seraient des cordes d'une longueur de l'ordre de la longueur de Planck (approx. 10-33 cm), qui vibreraient à des fréquences de résonance. Par exemple, cette théorie prédit que le graviton (la particule candidate pour la gravité quantique, qui transmettrait la force de gravitation) serait une corde ayant une amplitude d'onde de zéro. Comme en physique quantique, elle aurait un spin de 2 et une masse nulle.

Une autre conclusion importante est qu'il n'y a pas de différence mesurable entre des cordes qui s'enroulent autour d'une dimension et celles qui se déplacent dans les dimensions (i.e., les effets dans une dimension de taille R sont les mêmes que dans une dimension de taille 1/R).


Le nombre de dimensions

Sous notre observation, notre espace physique n'a que quatre grandes dimensions, et toute théorie physique doit en tenir compte. Mais rien n'empêche d'avoir plus de 4 dimensions. La théorie des cordes requiert pour sa cohérence 10, 11 ou 26 dimensions. Le conflit entre l'observation et la théorie est résolu en modélisant des dimensions compactes.

Nous avons du mal à visualiser des dimensions supplémentaires car nous ne pouvons nous déplacer que dans trois dimensions spatiales. Et même alors nous ne voyons qu'en 2+1 dimensions ; la vision en 3 dimensions permettrait de voir toutes les faces d'un objet en même temps. Une façon de dépasser cette limitation n'est pas d'essayer de visualiser les autres dimensions mais de ne les penser que comme des variables de plus dans les équations qui décrivent le fonctionnement de l'univers. Cela pose la question de savoir si ces « variables en plus » peuvent être étudiées par l'expérimentation directe (qui doit montrer aux scientifiques humains, en fin de compte, des différences de résultats entre 1, 2 ou 2+1 dimensions).

La théorie des supercordes n'est pas la première à proposer des dimensions spatiales supplémentaires (voir la théorie de Kaluza-Klein). Les théories des cordes modernes se servent des mathématiques du pliage, des nœuds, de la topologie, qui ont été largement développées après Kaluza et Klein, et qui ont rendu ces théories physiques avec dimensions supplémentaires beaucoup plus utilisées.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Neutrons : des indices quantiques d’un monde parallèle ?

Message par Invité le Dim 18 Nov - 18:28

et les soins à distance ??? ..utilisation de cordes quantiques ??? scratch

merci sek ..mais va falloir que je le relise plusieures fois ...lol

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Neutrons : des indices quantiques d’un monde parallèle ?

Message par Invité le Dim 18 Nov - 18:44

Heu... Joker, faudra demander à Mme l'Admin Smile :heu: .

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Neutrons : des indices quantiques d’un monde parallèle ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum